Aller au contenu principal

Le professeur Mike Birk au Laboratoire des Sciences des Risques pour des essais de BLEVE

Recherche et Doctorat

Une collaboration avec l'Université de Queen's (Canada), concrétisée par la thèse en co-tutelle de Medhi Laamarti, dirigée par Mike Birk (Queen's University, Canada) et Frederic Heymes (IMT Mines Alès, LSR)

Toutes les actualités

Le professeur Mike Birk, de l’Université Queen’s (Canada) a été accueilli au Laboratoire des Sciences des Risques pendant 3 semaines dans le cadre de la thèse en cotutelle de Mehdi Laamarti, intitulée Experimental and Computational Investigation of Near Field Blast and Ground Loading from Boiling Liquid Expanding Vapour Explosion (BLEVE). Cette collaboration vise à mieux comprendre les mécanismes physiques impliqués lors d’un BLEVE (Boiling Liquid Expanding Vapor Explosion).

L’accident BLEVE de Bologne, ayant eu lieu le 8 aout 2018 à Bologne (Italie) a montré l’importance de mieux comprendre ce phénomène complexe.  Il s’agit d’une explosion physique liée au changement de phase violent d’un liquide en état de surchauffe. Dans le cas de l’accident de Bologne, il s’agissait de propane liquéfié.

Bien que certains modèles semi-théoriques aient été développés pour prédire les conséquences de l’explosion en champ libre et lointain, ce phénomène reste très mal connu dans le champ proche et/ou obstrué, comme à Bologne. La force exercée par le réservoir sur la route sous-jacente est quant à elle totalement inconnue. La physique fondamentale du changement de phase et son interaction avec la structure du réservoir font actuellement l’objet de désaccords scientifiques.

C’est pour clarifier ce phénomène et prédire les conséquences que cette collaboration est née. Un ensemble expérimental a été conçu et mis en œuvre dans la plateforme Spark afin de réaliser des BLEVE réalistes avec une mesure très fine du phénomène.
Les résultats obtenus permettent de comprendre ce qui se passe dans le réservoir lors de l’explosion et de faire le lien avec les conséquences dans l’environnement (onde de surpression aérienne ; impact au sol). Ces données fines seront utilisées afin de concevoir des modèles de changement de phase permettant d’alimenter un code CFD (computational fluid dynamics). Ces résultats auront une importance de premier plan dans la gestion des risques et la conception d’infrastructures routières (ponts ; tunnels).